Annonces carrieres sante
- 15 -

Comment devenir parapharmacien

Lorsqu’on évoque la parapharmacie, il s’agit d’un secteur de la pharmacie d’officine ; tout comme toutes les autres professions de santé ; qui s’est largement développé et qui a grandement évolué ces dernières années. Elle est manifeste à travers une certaine diversification des fonctions et une grande ouverture du secteur officinal à de nouveaux métiers. C’est d’ailleurs face à des exigences très nombreuses et diversifiées, notamment dans le domaine d’hygiène ou de beauté aujourd’hui, que la prépondérance d’un conseil de qualité, d’un sens réel de l’accueil ainsi qu’une connaissance des produits s’avère nécessaire.

Le rôle essentiel du parapharmacien

La distinction faite entre le parapharmacien et le pharmacien réside essentiellement dans les missions respectives de l’un et de l’autre. Cependant, relevons d’abord que le parapharmacien peut œuvrer dans un grand magasin ou dans une parapharmacie, toutefois jamais dans une pharmacie. De ce fait, contrairement au pharmacien qui s’active à proposer un éventail de produits médicamenteux, vendus sur ordonnance ; le parapharmacien quant-à-lui vend, pour la plupart, des produits dermocosmétiques qui ne nécessitent pas de prescription médicale. Il peut s’agir ainsi des produits relatifs aux soins de visage ou corporels, du cosmétique, des compléments alimentaires, des produits diététiques entre autres. A ce titre, le parapharmacien est principalement là pour permettre au client à faire les bons choix, pour le guider s’il ne sait pas vers quel produit se diriger. C’est un vendeur capable de renseigner son client et de répondre à ses questions concernant la spécificité d’un produit.

Intégrer le métier de parapharmacien

Une formation tout à fait spécifique pour devenir conseiller ou intégrer le corps des parapharmaciens n’est pas exigible en tant que telle. En effet, devenir parapharmacien ne nécessite pas forcément de faire de longues études. Etre titulaire d’un baccalauréat, soit général soit professionnel, est évidemment un minimum, cependant ce travail est même accessible avec un niveau 3e, selon le parcours choisi. Par ailleurs, un CAP ou alors un BTS esthétique sont tout à fait suffisants notamment. Il est aussi intéressant de savoir par exemple que s’il s’agit bien de travailler dans le secteur de la beauté, ce dernier doit impérativement avant tout être un bon commercial, car le conseil et la vente sont ses activités principales, il importe de ce fait qu’il soit à l’aise pour interagir et faire face avec les clients.